Herbier de mots

Une sortie botanique avec une spécialiste, Mireille Tronc
Des amateurs de plantes, de jardins, d’herbes sauvages
Un site : la Plaine de l’Abbaye ; un lieu, la maison de Sigrun Reinekin.
Une association « Vivre la plaine de l’Abbaye »
Des textes qui constituent une manière d’herbier poétique
Incitation, recueil des textes : Guillemette de Grissac

Herbier Sigrun juin 18

Coquelicots

Coquelicots qui vagabondent
A la ronde des chemins
Pétales rouges voltigent joyeux

                 Léger parmi les graminées.                      

Medicago orbicularis

Luzerne, luserna
Tes graines petites lumières,
Tes Spires m’ont enchantées
Seras-tu mon bijou ?

  Bryone

Vrilles, spires, spirales,
Dans quel sens on tourne ?
Droite-gauche gauche-droite,
Cette valse me tourne la tête.

 Silène

Silène petite fée blanche
compagnonne des chemins
Tu as le ventre rond
bondé de graines grosses.

Vicia bithynica

Fleur papillon rouge et bleu,
Tu portes un étendard, des ailes
une carène comme un bateau,
Vas-tu grimper très haut?

Herbier Mado juin 18

Fleur de lumière

 Flamboyante  fragile  éphémère

                                           Joli coquelicot

                                        Un souffle  passe et  tu  trembles

Guillemette, Plaine de l’abbaye, mai 18

Suffit d’un coquelicot pour allumer la flamme
du désir d’être heureux Même un bonheur fragile
comme des pétales  froissés
Toute la vie est ponctuée de rouge

Genet à balai genet d’Espagne
docile et parfumé
Ajonc
une armée rebelle court dans les vallons

Tout l’univers dans une goutte d’eau
et d’abord le soleil
trois diamants
sur un seul pétale de rose

Prêt à l’envol
ses ailes translucides s’agitent
le rouge éclate
Privé de ciel
sur sa tige le coquelicot palpite.

Guillemette Herbier de mots, 23 mai 18

A la loupe ne rien manquer
de l’invisible des herbes
Voir le duvet des feuilles l’éperon de la centranthe
Ne pas louper surtout son cœur vivant

Enfermé Compagnon blanc?
Mais non il ignore les clôtures
Que ta liberté soit la nôtre, ami compagnon !

Laurier
Victoire ou poison
Gloire des guerriers ou bouquet pour la soupe ?

Valérie, Herbier mai 18                 

Fleurs et herbes dans le soleil
pas sur le chemin
la pluie pour demain

minuscules découvertes

immensément petits
les détails que je bataille
à rappeler à mon souvenir

l’herbier sera trace
images et mots mêlés
quand je serai face
images et mots mêlés
à la mémoire ternie.

Étoiles Nature, Martine, juin 18

Fleurs, étoiles terrestres
délicates,
savoureuses
Je vous aime

Tragopogon pratensis, salsifis des prés

Lise, Herbier, mai 18

Navet du Diable
Vit et brionne
Navet du Diable
Vibrionne  

Fleur sucrée
Sucre d’orge
Enfance 

Nature
oeuvre
Ecoutez le silence

Tout doucement
Le printemps
Avance
Un pas après l’autre

Champs de blé
Abreuvé de pluies rapides
Havre de paix
sigrunesque

Toutes ces fleurs écloses
dans le vent printanier
Eclats de rire. 

Traces de plumes

Atelier d’écriture du 2 au 8 juin 2018 à Kergallic

Présents avec nous les oiseaux dans le hameau : grive musicienne ; merles adultes et jeunes ; petit duc ; chardonneret ; hirondelles fenêtre/rustique ; pouillot véloce ; pinson des arbres ; pigeon ramier ; tourterelles turques ; faisans, pies, faucon crécerelle….

Présents à la côte : Tadorne de belon ; cormorans, nourrissage 3 jeunes ; craves à bec rouge et jeunes craves ; choucas ; corneilles ; goélands argentés/bruns/marins ; fulmars ; pigeon biset ; pipit maritime ; tarier des prés ; traquet motteux ; linottes mélodieuses…

Regard sur les plantes : Armeria ; plantain caréné ; silène ; orpin blanc/jaune ; rumex ; cuscute, ajonc, genêt, bruyère cendrée…

Formes poétiques : on privilégie la forme brève, les quatrains en référence à, François Cheng, à des textes d’Andrée Chedid ; on peut choisi la forme « haïku » ou la forme « tanka » du moment que le rythme, la mélodie, la profondeur sont là. Lire la suite >

Sur les bords du Rhône et sous la glycine

16 avril 2016

Atelier d’écriture organisé dans le cadre de l’Association Vivre la Plaine de l’Abbaye.

Avec la participation de : Aurore, Christine, Jeff, Marie-Antoinette, Nadine, Océane, Sigrun, Solène, Valérie … et le chat de Sigrun.

Animé par Guillemette de Grissac

Il y a le parfum sauvage du foin

Il y a le parfum sauvage du foin
Il y a un petit bois caché, bien caché
Il y a le regard curieux d’un enfant
Il y a un geste maladroit en caressant une fleur

Il y a le bruit du canal et du vent
Il y a une musique qui se perd au loin
Il y a du brouillard léger comme la neige
Il y a des taches blanches d’aubépine en forme d’étoiles

Il y a un paysage animé tout autour de nous
Il y a la vie de la nature qui se réveille au printemps
Il y a une émotion qui fait battre nos cœurs
Il y a la paix intérieure.

Marie Antoinette

Lire la suite >

Découverte des oiseaux et paroles poétiques

Ils étaient là, bien sûr, du matin, au lever du soleil dans le hameau,  sur les landes, dans les buissons, au creux des rochers, sur les pavés du port, loin en mer, et jusqu’au soir tard, près de Grand Phare, là où se trouvent les « dortoirs ». Goélands, oiseaux marins, oiseaux familiers des campagnes …

Voici où nous les avons rencontrés :

Hameau : chardonneret, pouillot véloce, pinson des arbres,  merle, moineau domestique, hirondelle rustique, hirondelle de fenêtre, martinet noir, tourterelle turque, pigeon ramier

Champs, proximité des habitations, buissons : Faucon crécerelle, tarier pâtre, troglodyte mignon, alouette des champs, bergeronnette grise, rouge-gorge, accenteur mouchet, pie bavarde.

Côte rocheuse : huitrier pie, goéland marin, goéland argenté, goéland brun, fulmar, pigeon biset, cormoran huppé ; aigrette garzette.

Landes, pelouses : Linotte mélodieuse, pipit maritime, crave à bec rouge, choucas.

Les oiseaux  étaient là, dans les paroles poétiques, celles des poètes et  celles des participants.

Lire la suite >

« Et si tu croises… » Atelier Corps des mots

10 et 11 janvier 2014

L’Atelier « CORPS DES MOTS » a eu lieu à la Réunion, dans le cadre de l’Association « Et si tu croises », animé par Béa, Flore et Guillemette.

La première session a été remplacée par le cyclone Bejisa mais la deuxième a été très enthousiasmante.

Nous avons exploré les relations entre les mots et le corps ; comment les mots sonnent , résonnent , comment le corps renvoie du sens (domaine de Flore); nous avons fait le pari d’une mise en mise en relation de plus en plus fine et sensible.

Les PROPOSITIONS D’ ECRITURE (Guillemette) ont permis des textes variés, tous chargés d’émotion, lus ensuite, retravaillés, mis en voix, mis en scène (Béa).

Des conseils techniques ont été donnés, permettant une réécriture.

Il y a eu aussi la lecture à deux voix de textes d’écrivains, des extraits tirés au sort, une recherche de mini-mise en scène, d’une intimité.

Paul Auster : Chronique d’hiver
Eve Ensler : Monologues du vagin
Daniel Pennac : Journal d’un corps
Nacera Benaza in Les Carnets de la Création (éd de l’œil) L’Algérie …

La PROPOSITION D’ECRITURE à partir de cet extrait était une variation personnelle sur le thème ou à partir des mots.

Chaque journée s’est terminée par un lâcher prise, mouvement libre avec musique et sans paroles, ou bien, le 2° jour, mise en corps et en espace du texte de Christian Olivier « Corps de Mots ».

Après échanges sur l’écriture et le déroulement du stage, nous avons dansé sur la chanson de Zazie « J’envoie valser ».

Du récit personnel à la fiction

Atelier d’écriture du 7 au 13 juillet 2013 à Kergallic

Animé par Guillemette de Grissac et Louise de Ravinel
Dans le cadre de l’association l’Arche de Noé, Kergallic, Belle-Ile-en mer.

Carnets, journaux, intimes, souvenirs d’enfance, notes hâtives ou récits complets, l’écriture personnelle est pour certains une habitude, pour d’autres elle demeure un désir à réaliser.

Ecrire c’est toujours dire « JE »

… mais comment présenter aux lecteurs une écriture personnelle, rendre compte du monologue intérieur, jouer avec le dévoilement écrire au passé comme au présent ? Beaucoup d’interrogations affluent avec le projet d’écrire sur soi : elles concernent par exemple  la relation entre sincérité et pudeur, l’envie de tout dire et le respect des autres,  le mystère de la mémoire.

Mais la littérature de l’intime est aussi acte de parole, travail sur le langage. En cela, elle devient inévitablement fiction, travail de transformation. Elle est aussi, pour chacun, auteur et amateur,  une expérience de formation.

Dans le cadre de l’atelier, chacun s’essaie à sa propre écriture pour constituer un carnet ou un recueil.

L’écriture au sein d’un groupe permet échanges, écoute et débats.

Téléchargez le pdf :

Atelier13

Le livre des soleils

Atelier d’écriture du 26 août au 1er septembre 2012

à Kergallic  Belle-Ile en mer

Après le sable, l’air et l’eau, c’est donc le feu solaire, avec sa force et sa vitalité, sa présence dans l’île et sur l’océan, qui nous invite à l’écriture. Il s’agit d’écrire sur un thème commun, à partir de propositions diverses, dans un esprit d’échange et de confiance.

J1 Lundi 27 août 2012 Van Gogh …

Ecriture spontanée à partir d’une reproduction du tableau de Van Gogh : MOISSON AVEC FAUCHEUR, 1889 (Essen, Museum Folkwang)

Regarder simplement, sans analyse, sans réflexion, pour soi-même, y repérer un ou des éléments qui s’adressent à vous …

Le cercle solaire

le bleu des montagnes

les vagues tourbillonnantes des blés

l’arbre solitaire comme l’homme au travail

le ciel strié d’ombres

le mas au creux de la colline

est-ce une eau, un chemin entre l’habitation et le champ ? Agnès

Dans les vagues colorées et ensoleillées du tableau, j’observe une petite maison gris-bleu … aussitôt  un souvenir d’adolescence émerge … Elyane

« Quel dieu, quel moissonneur de l’éternel été […]

cette faucille d’or dans le champ des étoiles », rêvait Booz endormi.

Il peut toujours rêver, celui-là… et moi, je sue sous le soleil descendu sur ma peau, au bout de ma faucille brûlante, si petite, si mince pour couper cet immense horizon de blé, indéfini, trop vaste pour mon écrasante journée de labeur qui ne finira qu’à la nuit. … Michel

« Les cyprès me préoccupent toujours, je voudrais en faire des choses comme les toiles des tournesols, parce que cela m’étonne qu’on ne les ait pas encore faits comme je les vois… c’est la tache noire dans le paysage ensoleillé, mais elle est une des notes noires les plus intéressantes, les plus difficiles à taper juste… il faut les voir ici, contre le bleu, dans le bleu pour mieux dire ». Van Gogh, Lettre à Théo.

Le Livre de l’Air

belle-ile-goaland-0321

ATELIER d’ECRITURE à Kergallic, Arche de Noé,

BELLE ILE EN MER du 4 au 9 juillet 2010

Icare, l’air et les oiseaux

Après le LIVRE de SABLE, en 2009, l’expérience d’atelier d’écriture à Belle-Ile-en-mer continue.

C’est au hameau de Kergallic, dans le cadre de l’association l’Arche de Noé, que nous nous retrouverons pour explorer par l’écriture un autre élément : l’air.

Livre de l’air ou «livre d’Icare».  Rêve d’envol, thème du souffle,  regard sur les oiseaux  très présents sur l’île à cette époque de l’année. Voici une incitation à la légèreté (non à l’inconséquence que ce terme désigne parfois) mais  une occasion d’échapper à la pesanteur, c’est-à-dire à l’excès de sérieux. Ecrivains et poètes (Jacques Lacarrière, Apollinaire, Supervielle, Saint-John-Perse …) et des peintres (Brueghel, Braque, Delaunay …) pour qui légèreté/gravité sont sources de méditation nous accompagneront dans l’écriture, c’est-à-dire dans l’expression de textes variés, poèmes, « histoires », fragments. Pour la mise en voix et sa relation au souffle, c’est un auteur de théâtre (avec ses paroles « pneumatiques») Valère Novarina, qui pourra nous guider. Lire la suite >

Zistoir la Fontaine

Atelier 90

Zistoir la Fontaine

zistoir_la_fontaine_1

éditions la maison bleue

Zistoir la Fontaine

20 histoires écrites par les 12 participants à l’atelier


Pour monter de Saint-Leu « en bas », jusqu’au lieu dit La Fontaine, il y a une cinquantaine de virages dont certains sont peu ordinaires. L’un d’entre eux est par nous surnommé le Moebius : on dirait un ruban à surface unique, prêt à nous transporter dans une dimension incertaine, réduite à une courbe infinie.

Au lieu dit « Fontaine » (ou « La Fontaine »), 500 mètres au-dessus diu niveau de la mer, la ravine qui porte le même nom, creuse le paysage de façon très radicale. Quant à la a route sinueuse, alias « Chemin Surprise » qui s’en va rejoindre la D13 précisément là où se franchit la ravine, elle est depuis le niveau zéro jalonnée par une douzaine d’arrêts de bus « Eolis », chacun portant un nom suscité par le terrain, la végétation, un repère humain visible ou non. Les arrêts « cars jaunes » prennent le relais sur la D13. Inutile de préciser que monter à la Fontaine ou en descendre constitue une forme de sport relativement risqué.

Une autre singularité du lieu : l’installation du chantier de la route des Tamarins, « ouvrage d’art non courant », qui bouleverse totalement le paysage et fait paraître incongrue la balade erratique du troupeau de chèvres inféodé au lieu. Un paysage d’abord dominé par les grues, parcouru par des monstres appelés Caterpillar, New Holland, Evolution, une noria de bétonneuses, de remorques, de véhicules à chenilles s’escrimant à virer en plusieurs épisodes dans les épingles à cheveux, en concurrence avec les cars déjà gênés aux entournures. Puis l’édification des viaducs, avec les deux équipes travaillant à se rejoindre au milieu du vide. Enfin, après apaisement des monstres, la Route, vierge bitume offert aux skaters, aux cyclistes, aux piétons en attendant sa mise en service en Juin 2009. Lire la suite >